Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 22:57

Aujourd’hui, Jocelyne de R. m’a proposé de me faire découvrir les Laurentides. Direction mont-Tremblant… C’est en même temps une banlieue chic et la station de sport d’hiver de l’après bureau des montréalais.

Il fait beau, la pluie d’hier a cessé, mais le froid pique, il fait zéro degrés et à plusieurs reprises dans la journée, nous essuieront des bourrasques de neige. Evidemment, elle ne tient pas, mais il y a encore pas mal de neige sur les pistes de ski, et parfois aussi sur le bord de la route. Le printemps ici n’a pas la même dimension qu’à Toulouse. Et en parlant de dimension, tout est d’une autre dimension que ce à quoi je suis habitué. La montagne est large, les pentes parfois fortes, mais le regard peut aller dans le lointain. La montagne est largement habitée, mais l’habitat est très dispersé, même dans les villages ou chaque maison est dans son espace, un peu à l’écart du reste du monde. La plupart des maisons sont en bois. J’en ai même vu en rondins (nous sommes passé devant une fabrique de maisons en rondins ou des éléments étaient déjà édifiés… Pas des maisons de trappeurs assurément ;-).

Dans un village des Laurentides...

Dans un village des Laurentides...

Nous sommes passé à côté d’un curieux pont couvert. Ainsi, l’hiver, il est à l’abri de la neige. Mais nous n’avons pas pu l’emprunter : du fait de la fonte des neiges, la petite route qui y menait était inondée…

Plus loin, nous sommes allé voir un curieux lieu de foi… Dans un village, tout en haut de la colline sur laquelle il est édifié, les moines qui autrefois ont occupé le pays ont installé un chemin de croix couronné par des scènes de la crucifixion en taille réelle…

Etrange vision...

Etrange vision...

Après mont Tremblant, nous nous sommes enfoncés dans un chemin de terre dans la forêt. Des maisons de bois y étaient édifiées en retrait de la route. Nous sommes arrivés à la maison de Nadia, la fille de Jocelyne. Elle habite une maison avec un grand terrain autour, et au milieu de ce terrain, un petit lac… Merveilleux espace champêtre… Près de là, entre les arbres, j’ai même vu deux chevreuils qui broutaient. Avec le printemps, m’a dit Nadia, ils s’enfoncent dans la forêt pour déguster les bourgeons frais…

En lisière de forêt...

En lisière de forêt...

Au retour, nous nous sommes arrêtés dans la boulangerie d’un village où Jocelyne a l’habitude de s’approvisionner en gâteaux. Nous en avons profité pour boire un café et manger un muffin. Mes préférés sont ceux aux myrtilles. On dit bleuets ici, et la première fois que j’en ai demandé au Québec, ne connaissant pas ce mot, j’ai fait comme en British Columbia, j’ai demandé un muffin au blueberries… Il n’en restait plus dans cette petite boulangerie, alors, je me suis contenté d’un muffin aux fraises…

Nous sommes ensuite rentré à Montréal et j’ai pu mesurer les difficultés de circulation aux entrées et sorties de la ville. Toute proportions gardées, c’est un peu comme à Toulouse entre l’autoroute et la rocade nord. Beaucoup de montréalais travaillent à l’extérieur, et surtout, l’inverse…

Partager cet article

Repost 0
Publié par Patrick L.
commenter cet article

commentaires