Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 15:26

MG 0273Me voici à l'affut sur un nouveau terrain de chasse photographique : le port du Barcarès, en Catalogne française... J'y suis allé plusieurs fois pour m'apprivoiser à ce lieu. J'en ai d'abord découvert l'espace, l'environnement, les bateaux à quai, les promeneurs qui déambulent, les lumières selon l'heure, le jour.

 

J'ai ainsi pu repérer les heures les plus propices à ce que je voulais voir. J'y suis donc revenu plusieurs fois le matin. C'est à ce moment là que les pêcheurs rentrent au port, déchargent leur poisson et font les petites tâches d'entretien, nettoyer les filets, ramender, ranger... Ils sont encore sur leur bateau ou bien sur le quai. Les anciens les y rejoignent pour participer au travail. Ces derniers ne partent plus en mer ou bien parfois à l'occasion, pour donner un coup de main.

 

C'est que le métier est dur et dangereux et ce n'est pas de gaité de coeur que les femmes laissent partir leur mari chaque nuit en mer.

 

Un de ces vieux pêcheurs me racontait que sa femme avait demandé au patron comment il faisait sa route. "On va par là..." lui avait répondu le patron en montrant le large d'un geste incertain. Alors, la femme avait dit à son mari qu'il était vieux maintenant et qu'elle ne voulait plus qu'il parte ainsi, sans savoir exactement la route du bateau dans la mer bouillonante. Elle craignait que l'on ne retrouve plus son corps si un malheur arrivait. Elle craiganit que si son corps basculait dans le flot le capitaine ne sache plus par où il était passé et ne puisse guider les sauveteurs de la SNSM.

Il y a, pas loin du Barcarès, près de Gruissan, le cimetiere marin de Notre-Dame des Auzils. Les tombes y sont vides en souvenir des marins dont le corps n'a jamais été rendu par la mer...

 

pecheur MG 0151Les visages sont beaux, burinés par la mer, le sel, les embruns, le vent, le soleil. Les traits sont creusés, ravinés et les ombres profondes, les yeux étrécis par l'éclat du soleil qui se réverbère sur la mer. Ce sont deux fentes étroites où la pupille disparait dans l'étroite entaille horizontale qui marque le visage comme d'une longue cicatrice.

Mes premiers portraits de ces hommes de mer, je les ai presque volé, pris à la sauvette de peur qu'ils me refusent leur image, puis, la semaine suivante, je suis revenu avec ces premiers portraits maladroits pour les leur donner et leur montrer que si j'étais un voleur d'image, j'étais cependant un voleur d'image honnête qui rendait le fruit de son forfait.

Ils ont aimé les images et ont alors accepté de me voir traîner parmi eux pour prendre de nouvelles photographies.

C'est comme cela que j'ai fait. Ainsi, en plus de leur image, c'est une part d'eux-mêmes qu'ils me donnent...

 

 

Repost 0
Publié par Patrick L. - dans Ailleurs...
commenter cet article
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 11:05
Nos amis italiens de Rome qui sont arrivés à l'IUFM il y a près d'un mois sont maintenant à la fin de leur séjour parmi nous. Ils ont abattu une quantité de travail phénoménale. On les voyait sur tous les fronts et on les croisait tous les jours dans notre IUFM.
Nous leur avons aussi fait découvrir les trésors culturels de notre région. Ainsi, dès le lendemain de leur arrivée, je leur ai fait visiter Toulouse. Pour les faire enrager, je les ai amenè aux Jacobins et je leur ai montré la châsse où sont conservés les restes de Saint Thomas d'Aquin. Ils ne savaient pas que les toulousains s'étaient appropriés cette intelligence qui avait éclairé le moyen-âge tout entier...
Dimanche dernier, je les ai amené dans ma ville natale, Carcassonne où je leur ai fait visiter la Cité et leur ai raconté quelques éléments de notre histoire, en particulier la croisade contre les albigeois. Nous sommes revenus par Mirepoix où nous avons visité les couverts et la cathédrale, et par le petit village de Vals où nous avons visité cette curieuse église rupestre si ancienne.

Nos amis italiens semblent beaucoup tenir à ce partenariat qu'ils avaient initié l'an dernier avec notre établissement. Ils nous ont invité à venir chez eux et je pense que je vais moi-même aller passer une quinzaine à Rome à l'automne prochaine. Henri, de son côté, va aller y passer deux  mois. Il pourra ainsi se rappeler sa jeunesse de chercheur en histoire, lorsqu'il fouillait les archives du Vatican...
Repost 0
Publié par Patrick L. - dans Ailleurs...
commenter cet article